Blog

La sieste, cet investissement fructueux

La sieste au travail, qui demeure toujours taboue en France, n’a jamais cessé de prouver son efficacité. Et, aujourd’hui, il serait même captieux de continuer à dénigrer cette pratique qui améliore la productivité des salariés et leur apporte dynamisme et bien-être psychologique.

Historiquement, la sieste était un art pour les Romains, une obligation pour les moines bénédictins - d’après la Règle de saint Benoît au VIe siècle - et même un droit constitutionnel en Chine depuis Mao. La « sieste », qui vient du latin hora sexta, c’est-à-dire « la sixième heure du jour » ou, si vous voulez, la sixième des heures canoniales correspondant à l’heure de midi, se pratiquait à l'heure la plus chaude de la journée. On faisait la sieste à la sixième heure de la journée – la première heure était celle du lever du soleil – et elle désignait ainsi le repos qui suivait le déjeuner.

De nos jours, les spécialistes du sommeil s’accordent à dire que somnoler à la mi-journée est un besoin fondamental à notre organisme. Selon Eric Mullens, médecin généraliste et « somnologue », la sieste est un « phénomène génétique, indépendant du repas, même si celui-ci favorise l'endormissement ».

En fait, pour que nous puissions dormir, il faut que deux processus se superposent correctement dans notre organisme. Le premier processus, dit « circadien », réglé grâce à notre horloge biologique sur une période de 24h, gère la sécrétion cyclique de plusieurs hormones telle que la mélatonine. Quant au deuxième processus, il s’agit de l’accumulation de substances hypnogènes, dont l’adénosine, durant la journée. La seule manière d’abstraire cette accumulation de molécules hypnogènes, qui se fixent aux neurones et qui nous donnent cette envie de dormir, est de se mettre dans les bras de Morphée.

Par ailleurs, la plupart du temps nous culpabilisons d’avoir perdu du temps quand nous faisons une sieste dans l’après-midi, mais en soi c’est un mauvais calcul. En effet, dans son Eloge de la sieste, Bruno Comby affirme que « faire la sieste, nous fait gagner du temps sur notre nuit de sommeil à venir. » Et souligne qu’ « en moyenne, pour 30 minutes de sieste, [nous] gagner[ons] un cycle de sommeil, qui correspond environ à une heure et demie. »

S’adonner donc à une sieste à la mi-journée doit être vu comme un investissement des plus fructueux.

Chirac le siesteur

Jacques Chirac

Plusieurs hommes célèbres ont célébré la pratique de la sieste. Winston Churchill était amoureux de la sieste car elle lui permettait de renouveler ses forces vitales ; Napoléon Bonaparte également, pour se revitaliser, s’adonnait quotidiennement à quelques minutes de somme et donnait à cette  pratique le nom de « méridienne » ; l’homme de lettres, André Gide, faisait carrément des siestes royales et s’accordait à dire qu’il en tirait une grande satisfaction ; Victor Hugo consacrait un poème entier à la sieste, à ce sommeil sacré « où les feux du soleil sont calmants, Quand toute la nature écoute et se recueille, Vers midi, quand les nids se taisent, quand la feuille La plus tremblante oublie un instant de frémir… » ; Jacques Chirac, lui, aimait se reposer entre deux déplacements, car il estimait que « le repos est une affaire sérieuse, dont la qualité conditionne notre existence ».

D’ailleurs, ayant été contacté par Bruno Comby pour préfacer son livre Eloge de la sieste (éd. J'ai lu, 2005), l’ancien président de la République était conquis par la démarche de l’auteur de vouloir éditer un livre qui encourage à pratiquer la sieste dans une société où « le fait d'évoquer le repos suscite souvent la plaisanterie ».

Dans la préface du livre, Chirac fait remarquer qu’en France l’« humour populaire aime à railler la sieste et ceux qui la pratiquent. » Et relève ainsi l’amalgame qui entoure le concept de la sieste : « On continuera, longtemps sans doute, à sourire de la prétendue paresse des latins qui observent, depuis la plus haute antiquité, cette pause des débuts d'après-midi où la chaleur rend toute activité pénible. Pourtant, comme il est maladroit de confondre sommeil et paresse ! »

Jacques Chirac, au fur et à mesure de l’avancée de la plume sur le papier, et partant de sa propre expérience,  évoque les bienfaits de la sieste : « Il est de fait qu'elle facilite grandement la vie de ceux qui la pratiquent régulièrement, soit qu'elle les repose, tout simplement, soit encore, je peux en témoigner, qu'elle leur octroie, pour travailler, les extraordinaires créneaux d'efficacité intellectuelle de la nuit. » Et d’ajouter, en mettant l’accent sur les idées préconçues relatives à la sieste : « Non, la sieste n'hypothèque pas le sommeil nocturne […]. Oui, la sieste est une recette d'équilibre à la portée de tous, quand on sait qu'un seul quart d'heure de bon repos suffit pour réparer les plus grandes fatigues. »

La sieste reste donc, pour les personnes célèbres comme pour le gens soucieux de leur bien-être, le meilleur moyen pour se régénérer.  

Le sommeil : un besoin vital

Le sommeil, comme l’éveil, est une période d’activité pour le corps. La différence c’est que quand nous sommes en sommeil, nos perceptions sensorielles sont réduites ; sous une autre forme, notre corps poursuit son activité et subit toute une série de processus physiologiques et biochimiques.

napinmap nap in map homme entrain de dormir

 

Cette série qui se met en activité lorsque nous dormons, sert à réparer les « altérations » qu’a subies notre organisme pendant la journée, et à nous préparer à la journée suivante. Selon Eric Mullens, médecin généraliste et « somnologue », « le sommeil est un état qui nous permet de récupérer pour être à même de réattaquer une nouvelle journée dans de bonnes conditions physiques. La nuit le corps se restaure, il se défend contre les infections, il fabrique des hormones, la peau ne se régénère que la nuit. En un mot le corps est loin de rester inactif ». Cette activité nous est donc vitale et répond au triptyque essentiel à la préservation de notre corps et, sans quoi, notre santé se dégrade : récupération, entretien et réparation.

napinmap nap in map corps humain adn

Le sommeil permet aux défenses immunitaires de se stimuler, aide la gestion du potentiel énergétique, régule la température du corps et la pression des artères, dissipe le stress et la tension accumulés dans la journée, entretient la mémoire, favorise l’apprentissage et permet la production des hormones de croissance et la division des cellules. Il fait alors grandir les enfants et « rajeunit » les adultes. 

napinmap nap in map spa repos massage somnolence journée

On ne peut donc se passer de sommeil la nuit, et en manquer, provoque de fortes somnolences la journée. Ne pas assez dormir la nuit augmente le risque de somnoler au travail face à son écran d’ordinateur. D’ailleurs, au boulot, quand on est en manque de sommeil, un fort besoin de somnolence se fait sentir entre 13h et 15h. Et, cette somnolence ressentie n’est nullement la cause d’un repas copieux – qui peut aussi en accentuer l’envie – mais surtout celle d’un appel du corps qui réclame un peu de repos.

 

 

Abonne-toi à Nap In Map par e-mail et reçois une dose de bien-être !