Bon à savoir

Se mettre dans les bras de Morphée le laps d’une sieste est bon pour la santé !

 

En France, plus de 6 millions de personnes sont concernées par des rythmes de travail qui exigent un réajustement constant de l’horloge biologique.  Être dans ce cas, requière plus de vigilance afin de protéger le capital sommeil.

En effet, Lorsque vous décalez vos horaires, votre horloge biologique doit s’adapter mais cela lui prend du temps (1 jour par heure de décalage). Pendant cette période, une désynchronisation s’installe entre vos rythmes biologiques et ceux de votre environnement. Cela résulte :

  • des troubles du sommeil,
  • une somnolence,
  • des anomalies de la température (frissons ou bouffées de chaleur),
  • des troubles digestifs et une sensation de malaise.

À long terme, le travail peut avoir des conséquences importantes. Insomnie, dette de sommeil (en moyenne 1 nuit perdue par semaine, soit 4 nuits par mois), risque d’accident lié à la somnolence, obésité, troubles cardiovasculaires et cancer du sein sont plus fréquents chez les travailleurs postés.

 

COMMENT PRÉVENIR CES COMPLICATIONS

  • D’abord essayer de dormir au moins 7 heures par jour. Le premier épisode de sommeil qui suit le travail est souvent court et insuffisant (5 à 6 heures). Il faut donc le compléter par une sieste d’1 à 2 heures au cours de la journée.
  • S’isoler le plus possible au cours du sommeil : faire le noir dans la chambre, se protéger contre le bruit, refuser des rendez-vous au cours de la période de repos.
  • Avoir un exercice physique régulier.
  • S’exposer à la lumière avant le travail ou lors des premières heures de travail.
  • Éviter le plus possible la lumière en sortant du travail ou lors du retour à la maison.
  • Prendre une douche fraîche lors du retour chez soi pour faire baisser la température du corps et favoriser ainsi l’endormissement.
  • Avoir une alimentation régulière, en favorisant un repas consistant et riche en protides avant de partir travailler et une collation légère et riche en glucides en rentrant avant de se coucher.

 

La France et le sommeil en quelques chiffres

  • Environ 25 % des 25-45 ans déclarent être dérangés par les bruits à l’intérieur de la maison (TV, pleurs, disputes, enfants, etc.) et 20 % par les bruits extérieurs à la maison (voisinage, rue, aéroport, etc.).
  • En moyenne, les 25-45 ans déclarent avoir besoin de7 h 30 de sommeil pour être en forme le lendemain.
  • Les femmes se disent plus souvent « du matin » (48 %) que les hommes (41 %) et les moins de 30 ans plus souvent « du soir » (57 %) que les plus de 40 ans (38 %).
  • 30 % des 25-45 ans déclarent faire la sieste pendant la semaine et 45 % déclarent la faire le week-end.

 

La sieste, mode d’emploi

Il n’est pas évident de s’endormir à la demande, mais somnoler suffit pour récupérer. Sur le plan pratique, elle nécessite un lieu calme mais pas obligatoirement un lit ; elle doit être plutôt de courte durée (de 20 à 30 minutes) pour ne pas perturber le sommeil nocturne et se faire entre 12 et 15 h, alors que la vigilance de l’organisme baisse naturellement. Pour éviter de la prolonger, utilisez un réveil.

Abonne-toi à Nap In Map par e-mail et reçois une dose de bien-être !